Rencontre avec …

11 octobre 2013

Rencontre avec …

un-marionnettiste-a-bien-voulu-partagé-un-petit-bout-de-son-histoire-6-mars-2012-crédit-photola-navedeambula

Crédit photo LaNaveDeambula

C’était en 2012 lors d’une manifestation des victimes de la violence en Colombie, un marionnettiste a accepté de raconter un petit bout de son histoire. En écoute l’interview et juste en dessous la retranscription en français.

Ecouter l’interview de Tuli

« J’utilise les marionnettes, je les utilise comme instrument pédagogique pour enseigner la charte universelle des droits de l’homme, la cohabitation pacifique, le respect. Toute cette échelle de valeur. Quand les paramilitaires sont arrivés, ça les a dérangé, ils sont venus pour me tuer chez moi, ils ne m’ont même pas envoyé de pamphlet, rien.

– Tu penses y retourner un jour ?

– Jamais, j’ai renoncé à Barrancabarmeja, ils m’ont volé la dignité, ils m’ont brisé mon nom parce que j’avais une discipline artistique depuis 20 ans, t’imagines, 20 ans à faire des rondes, des jeux, des marionnettes, à faire des chansons pour enfant et puis quoi ? Du soir au matin devoir partir, il n’y a pas de raison pour revenir, non ? On va faire un nouveau projet de vie et on va triompher, crois le ou non, on va gagner une fois de plus. Il faut chercher la manière pour que cette sale guerre s’arrête vite.

– Et quelle est cette manière ?

– Je crois qu’à travers la concertation, la dialogue et la manière c’est que tous, tous, tous nous allions à une table de négociation, que nous y allions et qu’on ne sorte pas de cette table jusqu’à ce qu’il y ait une négociation pacifique au conflit en Colombie. C’est à dire que nous nous emparions de ce processus de paix et que jusqu’à ce qu’il n’y ait pas la paix, on ne puisse pas sortir le drapeau. Ok ?

Pour achever cette interview de rue, je vais la terminer avec un conte qui s’appelle « Les Hommes Invisibles ». Ils disent qu’à un enfant ils lui ont blessé son ombre, ils l’ont vêtu de silence et ils lui ont appris à se regarder à l’envers des miroirs, l’enfant a grandi avec la lune de l’oubli, dans le néant où ni un rayon de soleil a été dans ses yeux et jamais, jamais il a pu se trouver avec lui même. Il a vécu ainsi sans savoir qu’il existait, ceux sont eux les hommes invisibles

Partagez

Commentaires